Aujourd’hui, le 14 avril 2020, depuis un mois on ne sort pas de la maison. En Suisse, ce n’est pas complètement interdit de sortir et l’autorisation n’est pas nécessaire non plus. Mais la situation dehors nous appelle à ce que nous restions tranquilles et solidaires avec ceux qui ont besoin de sortir
pour travailler et pour les personnes les plus vulnérables. Ce type de confinement participatif fonctionne assez bien par ici, probablement due à une population suisse avec un sens naturel de la responsabilité et de la discipline tout enraciné.

Cependant beaucoup de personnes cherchent les coupables, d’autres font des prévisions sur les divers scénarios futurs, d’autres nient la réalité comme une façon de se protéger et d’autres encore essaient de politiser au maximum la situation, comme c’est le cas au Brésil. Mais, tous ont besoin, à un certain moment, de penser à soi-même. Le regard devient plus intérieur qu’extérieur. Avant, il n’y avait pas beaucoup de temps pour cela.

Si le virus est apparu dans le monde animal, dans un laboratoire, à travers la 5G, ou dans la propre Terre, il est là, avec son pouvoir invisible, sans limitation géographique, ethnique, culturelle, temporaire ou spirituelle. Mais, tous doivent collaborer selon la collectivité, d’un jour à l’autre, c’est
fini la prépondérance de l’individualisme. La solidarité et l’altruisme sont passés au premier plan.

Il est arrivé sans nous demander la permission et il a exigé que tout soit redimensionné : le temps, l’économie, l’alimentation, les voyages, les relations entre les personnes, les familles et les priorités.

Si on analyse ses conséquences physiques dans le corps humain, il frappe principalement les poumons, l’organe qui, dans la médecine chinoise, est lié à la tristesse. Donc, nous pouvons réfléchir comment était l’humanité jusqu’à maintenant et même les conditions de nos ressources naturelles.

Quand nous observons les centres d’énergie du corps, appelés les Chakras, les poumons sont liés au Chakra du Cœur. Chakra lié au système respiratoire ; il faut se rappeler que la première et la dernière chose que l’on fait pendant notre visite sur cette planète, c’est inspirer et expirer, respectivement. Nous sommes soumis à penser que ça ne dépend pas de nous, inspirer et expirer, et finalement on se demande combien de fois nous remercions le souffle qui nous a permis d’être ici et maintenant.

Au-delà, il y a un autre organe lié à ce Chakra, comme son nom l’indique, le cœur, qui symbolise l’amour inconditionnel, le pardon, la compassion. Encore une fois on réfléchit comment étaient ces sentiments dans notre société, avec quelle rareté nous les avons ressentis.

Au niveau des sens, le Chakra du Cœur est lié aux bras et aux mains, c’est à dire au toucher et, soudainement, on ne peut plus se faire des câlins…on doit maintenir les deux mètres de distance les uns des autres. Quand on aime bien quelqu’un, naturellement, on a envie de faire un câlin parce que
les cœurs se rapprochent, on fait l’accueil avec le cœur. On pense à combien d’opportunités de se faire des câlins nous avons laissé tomber.

À propos de son nom et apparence, Corona, ou couronne pour nous. Encore une fois, il fait référence aux centres d’énergie du corps et du Chakra Coronaire, au sommet de la tête, lié à notre spiritualité et transcendance. Notre capacité de réveil à travers le corps physique. Il paraît que c’est maintenant ou jamais…

Plus que jamais, nous sommes obligés d’appendre à être en pleine conscience – connue comme “mindfulness” – être ici et maintenant. L’être humain est l’esclave de sa propre souffrance pour vivre
dans les souvenirs du passé ou dans le futur incertain, et il oublie que la vie se passe à l’instant présent. Maintenant, sans avoir plusieurs choix, nous apprenons à vivre dans l’instant présent, ici et maintenant.

Et, c’est dans ce scénario que, virtuellement, moi et mes élèves, qui à certains moments, deviennent aussi mes enseignants, comprenons le vrai sens de la pratique du Yoga. Le mot Yoga vient du sanskrit “Yuj”, qui veut dire l’union, mettre ensemble, approcher. Unir le corps physique et mental, le matériel et le spirituel, l’énergie masculine et féminine, dans un équilibre parfait. Même loin, la leçon continue à être, nous sommes tous Un.

Viviane Hilkner – Bela Urbana, professionnel de Communication et Marketing (PUCC et INPG, Campinas). Elle a travaillé au Brésil, dans les agences de communication et dans les médias, et, en Italie, au Trade Marketing et au Brand Development & Licensing, dans les entreprises multinationales. Quand elle a déménagé en Suisse, elle a changé son style de vie et elle est tombée amoureuse de la pratique du Hatha Yoga. Elle voulait trop partager cette pratique et sagesse millénaires, donc elle est devenue enseignante. Actuellement, elle enseigne au Centre Kaizen e au Club de Yoga de l’Association Sports et Loisirs chez Nesllé. Elle organise des workshops et des retraites en Suisse et ailleurs, principalement en Grèce. Sa profession est son loisir et son loisir, sa profession.

Comentários

comments